Connexion

publié le dimanche 30 septembre 2018

Caen 2018

Bonjour à toutes et tous !

Il y a 15 jours nous étions à caen pour l’avant dernière course de la saison.

Comme annoncé, nos deux bateaux étaient engagés

Le S3 devait participer à l’endurance et la vitesse, le S2 uniquement la vitesse…

Les essais se sont bien déroulés. Les modifications apportées à la coque après la course de Chalon semblent porter leurs fruits ; le bateau est plus réactif à la sortie de bouée et a une meilleure assise. Donc il prend plus rapidement sa vitesse de pointe.

Les essais du S2 se déroulent correctement mais sans plus , faute a un problème difficile à résoudre sans l’aide de la valise magique Mercury .

23 bateaux engagés en S3 , la direction de course fait le choix de tirer au sort les positions au ponton…et nous héritons de la dernière position !!!!

Le départ est donné et dès les deux premiers virages nous avons repris 6 ou 7 places……une longue remontée vers la tête de la course commence

…au bout d’une demi-heure nous sommes 9eme …au bout de 3/4 d’heures nous sommes sur le point de passer 7eme quand…

Un bateau concurrent nous percute dans le virage, sous le viaduc de Calix…son patin droit, perfore notre cockpit… Le bateau est arrêté, mais personne ne bouge a l’intérieur……l’inquiétude nous étreint…les plongeurs, le bateau médicalisé de la FD sont à l’œuvre, pour tenter de sortir Germain du cockpit.

De longues minutes qui semblent une éternité, s’égrènent, sans qu’aucune nouvelle en provenance de la FD ou de Germain, qui est équipé d’une radio ne nous parvienne.

Au loin nous voyons l’antenne mobile se préparer à accueillir Germain…Il est pris en charge et le Samu rejoint l’hôpital de Caen….mais pas plus d’info…

La sécurité eau nous ramène le bateau …au vu des dégâts, c’est fin d’exercice pour lui. La FD nous déclare le cockpit HS. Tant d’heures passées autour de ce projet, tant d’énergie dépensée pour en arriver là…

Mais bon, le plus important est ailleurs. Et en l’occurrence, à l’hôpital….et deux bonnes heures plus tard…germain nous revient. Plus de peur que de mal…mais clavicule cassée quand même…

La saison s’arrête donc à CAEN pour le N°87……Pas de solution pour participer à la dernière course du championnat à MACON

Pour le S2, l’ensemble de notre matériel est typé endurance…les performances attendues sur des courses de vitesse sont donc un peu en retrait par rapport à nos concurrents.

Le nouveau moteur semble marcher correctement, mais nous sommes handicapés par ce que nous croyons être un problème sur un périphérique électronique. Apres de nombreuses investigations il semble que ce soit finalement un pb sur le circuit d’essence. Sur l’optimax, pas moins de 3 pompes à essence sont utilisées. Une mécanique à dépression, une électrique BP et une électrique HP .

Un choix d’hélice différent entre la course du samedi et celle du dimanche, permettra d’atténuer le phénomène, sans pour autant le gommer….C’était en principe la dernière course pour ce bateau et ce moteur…Pour l’an prochain, une coque plus performante est en préparation et nous devrions avoir un moteur de génération 2…plus 50CV +1000trmn…de quoi changer la donne…

Merci pour votre soutien indéfectible et à bientôt pour la suite de nos aventures…

Jm

publié le vendredi 03 août 2018

Pologne 2018

Bonjour à toutes et tous !

Voici les nouvelles de Pologne….celles-ci sont tardives, mais justifiées par le fait que nous souhaitions avoir des images...le circuit étant éloigné de la berge et notre photographe absent…vous nous excuserez de la très mauvaise qualité des quelques images glanées de ci de là .

Donc la Pologne…beau périple de 1900kms…beau temps, très beau plan d’eau…bon, ça, c’est pour le coté touristique…

Coté course….la préparation très compliquée et très tardive du bateau a apporté son lot de problème

Je vous rappelle le contexte lors des 24 heures de Rouen le bateau a été autorisé à courir mais ne devait plus être engagé sur une manche de championnat du monde pour un pb de conformité aux règles de celui-ci.

Donc pour participer aux deuxièmes et troisièmes manches de ce championnat nous devions venir avec un autre bateau.

Pour en avoir un performant, nous nous sommes lancés dans une modification de coque qui nous a vu découper les patins, les regreffer à une position différente, le tout dans le but d’améliorer sa portance et sa flottabilité. Ce fut un très gros chantier, sans garantie de réussite et avec la possibilité de perdre un patin au premier virage !!!

Pour essayer ce bateau nous avions fait l’impasse sur la course de vichy. Celui-ci semblait très performant

Donc celui-ci fut peint en blanc deux jours avant le départ et le montage presque terminé la veille de partir soit le mardi soir pour un départ le mercredi matin… Les essais se sont bien déroulés, confirmant en présence d’autre bateaux que les modifications effectuées apportaient un vrai plus.

Nous pouvions prendre part l’esprit tranquille à la parade, à la séance photos de tous les participants et prendre un moment de détente.

Lors de la première course, un pb d’embase nous a provoqué une grosse chauffe moteur, laquelle a fait claquer des joints entrainant également des pb électroniques …brefs le temps passé à dépanner ne nous a pas permis d’être sur l’eau plus de la moitié des tours du vainqueur, donc nous n’avons pas été classés.

Pour ce qui est de la deuxième course, les choses se sont passées un peu différemment. Le bateau enfin opérationnel, nous avons pris un très bon départ et avons été second derrière celui qui allait devenir champion du monde d’endurance 2018, pendant un bon moment lorsqu’un incident de course d’un bateau de la catégorie supérieure par effet papillon, a ruiné un peu nos espoirs de bien finir : lors du tonneau d’un bateau Nollet, nous avons enfourné et cassé une pointe du bateau. Le temps de revenir à quai, gruter, réparer et repartir, l’avance que nous avions prise avait disparu. La même mésaventure devait une fois de plus nous arriver dans le dernier tiers de la course.

A l’issue de celle-ci nous finissons donc 6éme.

La seule consolation que nous avons, c’est que le travail fourni pour construire ce bateau est payant. Il est performant, il vire bien, il n’est pas vicieux. Les patins tiennent bien…sauf les pointes, mais ce ne sera qu’un mauvais et lointain souvenir lors des prochaines courses.

A très bientôt à Chalon sur Saône et Caen…

Jm